dimanche 2 mars 2008

Sixième Leçon

 Mercredi 20 Février 2008
Délicieuse Surprise et Prédatrice & Sixième Journée

lignecoeur1

Le grand sourire aux lèvres, je m’avance d’un pas heureux vers un groupe de cavalières qui discutent devant les écuries, parmi elle, il y avait Catherine, la propriétaire de Froogy et celle qui s’occupe en partie de l’administration du Club. Je leur lance un grand « Bonjour » des plus aimable. Même pas un quart des cavalières m’ont répondues et un peu plus qui m’ont regardées. Perplexe, je ne reste pas une seconde de plus avec ces garces, je pars vers le Club House pour découvrir quel cheval que l’on m’a attribué aujourd’hui. J’eut juste le temps de poser mes affaires, que la voix de mon moniteur m’appelle du font de la salle. Je lève la tête en sa direction, et là il me montre de sa main  droite, une jeune fille à la peau mat. C’était Violaine, ma camarade de classe jusqu’au CP. J’avais du mal à réaliser qu’elle se trouvait là, face à moi. Je m’empressai de lui faire la bise, j’étais si heureuse, mais sans voix. J’avais l’impression d’être ridicule à ses yeux, ne pas trouver les mots c’est frustrant. Après 6 années passées, on ne sait pas par où commencer. Nous avons essangés quelques paroles sur nos écoles, comment allait notre vie, elle a pris des nouvelles de ma mère qui s’était beaucoup occupée d’elle quand elle était petite. J’ai dut la quitter pour aller préparer mon cheval, je montais Charly. Cette excuse ma sauva la vie, mais me gêna fortement, partir de cette façon alors que l’on retrouve quelqu’un de cher, ça fait légèrement foutiste, mais le manque de Joker me donnait pas le choix. Enfin, c’est ce dont je pensais. En sortant du Club House, Charly passe devant moi accompagné par une cavalière d’environ de me âge, je lui explique que je dois le préparer en vue de ma leçon qui commence dans 40 minutes. Mais elle m’affirma avec rigueur qu’il avait besoin d’être longé. A nouveau perplexe, je lui laissai le dernier mot et je retourne dans la pièce que je venais de quitter. Etait-ce un Joker ? Je l’ignore, mais en tout cas cela allait me permettre d’engager une conversation plus approfondie avec mon amie d’enfance. Action difficile, avec elle, se trouvait deux cavalières. Leur complicité me rendait morte de jalousie, mais il fallait bien que je m’y attende. Les minutes passaient, ma langue demeurait à sa place, mais de nombreux sourires se sont échangés. Est-ce vraiment suffisant ? De là où j’étais j’avais surveillée la jeune fille qui longeait Charly, mes doutes se confirmaient, jamais je n’aurais dut lui offrir gentiment hypocritement le dernier mot, elle ne savait désespérément pas longer un cheval, rognant avec une connerie pure l’échauffement des muscles du cheval, elle l’avait directement lancé au galop.  Et l’horreur ne s’était malheureusement pas contentée de ça. Quand j’ai récupéré mon cheval, j’ai pus découvrir également un pansage loin d’être minutieux et une selle posée avec excellence vers la croupe. Horrifiée j’étais, comment pouvons nous donner confiance à une telle cavalière ? Prise de pitié, le que j’offrais pansage à Charly était digne de « L’Entretient du Cœur », une association que je vais finir par créer si de telles choses pointaient à nouveau leurs horribles mines. Charly devait sentir la différence, son remerciement fut digne au geste, chanfrein collé à ma cuisse, il s’y frottant avec passion.

Avec un léger retard, j’entre dans le manège. Même en vacances je trouve le moyen d’être en décalage avec les autres. Mais je réussis à me rattraper en marchant en tête sur la piste, un geste qui me nomma chef de reprise pour la leçon. Surprise très légèrement, mais une fierté qui ne trouvait pas d’égal, j’allais pouvoir offrir aux autres, des allures à la bonne cadence, des coin qui ne sont pas mangés et des figures de manège dignes d’appartenir à une reprise de Dressage. Et Dressage, c’était la leçon du jour. Charly est vraiment un cheval formidable, je suis consciente que je me répète quand je définie ce cheval, mais aucun autre mot me viens en tête. Allures confortables, une maniabilité pas encore hors pair mais presque. Une reprise qui s’est magnifiquement bien passé, j’ai pus recueillir quelque impression d’une mère cavalière qui renforça mon sourire fier. Le Dressage c’est mon fort, et je refuse d’en perdre mes facultés, c’est une discipline dont j’excellais avec mon Indigo.  Nouveau remerciement, ou un lien d’amitié qui se créé ? Ne n’en sait guère, mais les frottement passionnels de mon cher compagnon lui repris de nouveau. Malheureusement, je ne pus pas lui montrer comme je le souhaitais mon affection, il était repris pour la prochaine reprise. J’avais juste le temps de récupérer mes affaires.

Je n’ai pas pus dire au revoir à Violaine, j’étais à cheval lors de son départ. J’étais très déçu. Il fallait que je prenne mon courage à deux mains, et que je demande à l’une des deux cavalières qui étaient avec elle sont numéro de téléphone ou une adresse email. J’ai attendu impatiemment le bon moment dans le club house, répétant dans mon esprit les mots que je devais aligner sans erreurs. La brunette pointa son nez dans la pièce, je la regardais se déplacer, comme un prédateur qui surveille sa proie attendant avec une patience remarquable le meilleur moment pour ne pas louper son attaque. La brunette était de dos dans le bar, personne dans la pièce, le moment était venu. La féline sauta. Sans faute, ma phrase eut l’impact espéré, son numéro était gagné mais pas la compassion de la Brunette. Car j’espérais maladroitement dans mon geste, que l’adolescente allait partager quelques mots sur Violaine avec moi. La souris se révéla ne pas en être une, derrière ses sourires faussement répondus, se cachait un autre prédateur.

De nombreux sourires adressés à tout ceux que je croisais mais en vain, mon autocollant « Nouvelle au Club » ne veut pas quitter mon front. La cavalière sans cheval ne vaut rien, mais la cavalière à cheval sait faire ses preuves, un jour peut être, je serais bonne dans les deux.

lignecoeur2

Posté par AkikoNoYume à 11:57:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Sixième Leçon

Nouveau commentaire